dimanche 7 février 2010

Soudaine fébrilité du Mossad ou simples dysfonctionnements ?


La radio israélienne ne l'a pas caché et cela n'étonnera personne. « Tsahal et les services de sécurité ont intensifié leur niveau d'alerte pour parer à toutes tentatives d'attentats ou d'enlèvements de soldats suite à la « liquidation » du responsable du Hamas, Mahmoud Al-Mabhouh, à Dubaï ». Et de s'empresser d'ajouter : « qu'en dépit de ces directives, Israël n'endosse pas la responsabilité de la « liquidation » de Mahmoud Al-Mabhouh ».

Par contre il aurait été étonnant que l'État hébreu avoue avoir procédé là, par services secrets interposés, à une « liquidation ciblée » pour reprendre un terme qui lui est cher. Toutefois la pression semble quelque peu monter au sein du Mossad. Il est vrai que les « disparitions » aussi soudaines que violentes d'ennemis d'Israël, ont une fâcheuse tendance à se multiplier. Difficile dans ces conditions de ne pas soupçonner le Mossad qui s'est déjà illustré dans le passé en utilisant des méthodes similaires. Même la presse occidentale souvent très indulgente envers Tel Aviv, évoque cette possibilité.

Difficile, voire même impossible, pour celui qui n'appartient pas au monde très secret du renseignement, de connaître la vérité. Cependant un observateur averti peut glaner ça et là quelques éléments de réponse qui ne manquent pas d'intérêt.

Tout d'abord soulignons cette visite « secrète » effectuée en Israël par Leon Panetta, actuel directeur de la CIA américaine, le 28 janvier 2010. Cette rencontre qui était initialement prévue pour le mois de mai, a été brutalement avancée. La version officielle laisse entendre qu'il s'agissait d'évoquer le programme nucléaire de Téhéran et d'éventuelles frappes militaires contre les installations nucléaires iraniennes. Cette thèse est bien entendu plausible. Mais sachant que les États-Unis déjà empêtrés dans deux conflits très coûteux, n'ont pas vraiment les moyens d'en déclencher un nouveau pour le moment, la raison de cette visite un peu précipitée pourrait être toute autre. Leon Panetta aurait pu tout simplement rappeler à l'ordre l'État hébreu en lui demandant sinon d'arrêter, tout du moins d'interrompre momentanément, ce qui ressemble étrangement à des « liquidations ciblées »...

D'autres indices, non moins intéressants, nous viennent d'Yves-Marie, un amateur d'écoutes radio spécialisé dans la surveillance des réseaux dont ceux attribués aux Mossad. Celui-ci nous signale plusieurs anomalies récentes pouvant démontrer une certaine fébrilité. Ainsi le 26 janvier deux stations différentes (EZI et YHF) ont émis sur la même fréquence se brouillant mutuellement. Puis les 1er et 4 février c'est la station qui s'identifie par l'indicatif EZI qui commence sa transmission avec IEZ. Quelques secondes plus tard ce qui pourrait être une erreur est corrigée et EZI reprend son énumération habituelle. S'agit-il de dysfonctionnements, de signaux convenus ? Une chose est certaine on peut constater une activité inhabituelle sur les réseaux radio du Mossad...

Autant d'éléments qui tendraient à confirmer que le service de renseignement israélien n'est pas étranger à cette soudaine série de morts violentes...




Ci-dessous une sélection d'articles de presse traitant du sujet :

(Le Monde) - Les services secrets israéliens soupçonnés d'avoir assassiné à Dubaï l'un des chefs militaires du Hamas

(Le Figaro) - La guerre de l'ombre du Mossad

(Les dernières nouvelles d'Alsace) – Une guerre de l'ombre aux multiples visages

Aucun commentaire:

Publier un commentaire