vendredi 22 juin 2018

Les smartphones Android visés par un virus contrôlé par des hackers depuis la messagerie Telegram...

Les spécialistes de l’entreprise technologique Eset ont découvert un nouveau virus ressemblant à une application ordinaire pour Android et qui est géré à distance par des hackers depuis la messagerie Telegram. La société de sécurité informatique prévient les utilisateurs de smartphones Android de l'existence d'un nouveau virus dont ils pourraient devenir les victimes. Il s'agit en l'occurrence du malware baptisé HeroRat qui attaque les utilisateurs ayant téléchargé des applications dans des magasins non officiels. Les hackers attirent leurs victimes avec les promesses de faire croître leur nombre d'abonnés sur les réseaux sociaux ou de leur offrir des cryptomonnaies. Suite au lancement de l'algorithme contenant le virus, les programmes affichent un message d'erreur et s'auto-suppriment. Mais en réalité l'algorithme continue de fonctionner. En outre, HeroRat prend le contrôle du smartphone en question : il intercepte le trafic de l'appareil mobile, vole les informations stockées sur celui-ci et modifie de lui-même les paramètres. Les cybercriminels peuvent contrôler à distance ses actions grâce à un bot dans la messagerie Telegram. Les auteurs du cheval de Troie le vendent librement, la fourchette de prix varie de 25 à 100 dollars. Les hackers ont estimé le coût du code initial à 650 dollars. Les experts en cybersécurité recommandent aux utilisateurs d'Android de télécharger uniquement des applications officielles.
(Radio Sputnik, le 22-06-2018)

jeudi 31 mai 2018

L'analyse d'un téléphone portable à l'origine de l'opération antiterroriste menée le 22 mai à Ouagadougou...

Au Burkina Faso, on en sait plus sur les raisons qui ont conduit les forces de sécurité burkinabées à mener l'opération antiterroriste à Ouagadougou le 22 mai dernier. L'enquête avait démarré grâce à l'analyse du téléphone de l'un des assaillants des attaques du 2 mars dans la capitale. L'opération antiterroriste qui a permis de neutraliser un groupe de quatre terroristes présumés, a été le fruit d'une longue enquête. Celle-ci a commencé après les attentats du 2 mars à partir de l'analyse du téléphone de l'un des assaillants abattus à l'ambassade de France. En croisant différents numéros les services de sécurité burkinabés ont identifié plusieurs suspects au Mali. Ils ont donc sollicité la coopération des services maliens et l'appui technique des Français pour établir un dispositif de surveillance. Un temps localisés dans la zone de Bamako, ces suspects sont entrés au Burkina Faso une dizaine de jours avant le 22 mai.
(Médi-1, le 31-05-2018)

jeudi 10 mai 2018

Un nouvelle fonction de l'iPhone pour compliquer la tâche des services de renseignement...

Le géant américain Apple entend ajouter une nouvelle fonctionnalité à ses smartphones qui compliquera l’accès aux données de leurs propriétaires aux services de renseignement. Pour que les services de renseignement ne puissent pas accéder à certaines données sur les smartphones Apple, la société américaine compte introduire une nouvelle fonction, relate le portail d'information Techcrunch.com. Ce service, baptisée USB Restricted Mode, a été détecté par des chercheurs de la société de logiciels Elcomsoft dans le code iOS 11.4. Il désactive les données USB si le smartphone est bloqué depuis une semaine. Comme l'explique le média, si la police ou les services de renseignement n'arrive pas à avoir accès au smartphone d'une personne, ils le laissent bloqué jusqu'à l'arrivée des experts. Mais, dorénavant, le régime d'accès limité USB ne permettra pas de recevoir les données d'utilisateurs après un blocage prolongé. Le site précise qu'une telle fonctionnalité ne posera pas de difficultés au propriétaire du smartphone. Après l'introduction de son mot de passe, il sera capable de profiter de tous les services de son appareil.
(Radio Sputnik, le 10-05-2018)

samedi 5 mai 2018

Plus de 530 millions d'appels téléphoniques collectés par la National Security Agency (NSA) en 2017...

En 2017 la National Security Agency, connu plus largement sous le sigle NSA, a collecté 534 millions d'enregistrements d'appels téléphoniques et de messages, soit près du triple par rapport à 2016, a indiqué l'agence de renseignement dans son rapport annuel publié ce vendredi. À titre de comparaison, l'année dernière ce chiffre s'élevait à 151 millions. La NSA a cependant souligné que les enregistrements collectés n'incluaient que le numéro et l'heure de l'appel ou du SMS, mais pas son contenu. En outre, tous les appels recueillis par le gouvernement américain ne sont pas nationaux. Les enregistrements comprennent également des numéros étrangers et des doubles appels, selon le rapport. Le rapport annuel a été publié en vertu du Freedom Act et de la FISA Amendments Reauthorization Act, qui prescrit de rendre ces informations publiques chaque année. Le directeur des renseignements nationaux (DNI) a commencé à publier des statistiques en 2014 après que le lanceur d'alerte Edward Snowden a divulgué un certain nombre de programmes de surveillance américains.
(Radio Sputnik, le 05-05-2018)

jeudi 12 avril 2018

Moscou dément formellement perturber les transmissions des drones américains en Syrie...

Selon des médias américains, la Russie aurait bloqué les signaux radio de certains drones US en Syrie à la suite de la présumée attaque chimique syrienne dans la ville de Douma. Moscou rejette ces assertions, soulignant qu’il s’en tient toujours aux accords internationaux. « Les assertions selon lesquelles la Russie aurait bloqué les signaux radio de drones américains en Syrie sont des Fake News et du mensonge, la Russie ne violant jamais les accords internationaux dans ce domaine et dans tous les autres » a déclaré mardi à Sputnik le sénateur russe Evgueni Serebrennikov. La chaîne NBC a auparavant fait savoir, citant des fonctionnaires américains sous couvert d'anonymat, que la Russie avait bloqué les signaux radio de plusieurs drones américains en Syrie, ce qui a eu un impact considérable sur les opérations militaires des États-Unis. Selon des sources de la NBC, la Russie s'est mise à bloquer les signaux après une série d'attaques présumées dans la Ghouta orientale pour exprimer sa préoccupation par le fait que les États-Unis iraient se venger de ces attaques. « Il s'agit d'une nouvelle Fake News de la part des médias américains, que l'on trouve tant ces derniers temps. La Russie a plus d'une fois indiqué qu'elle agit, y compris en Syrie, en stricte conformité avec les accords internationaux. De telles actions n'ont pas pu réellement se produire » a indiqué Evgueni Serebrennikov.
(Radio Sputnik, le 10-04-2018)

mercredi 14 mars 2018

Au Sinaï, des membres présumés de l’État islamique utiliseraient des cartes SIM israéliennes...

Selon le quotidien israélien Globes, les terroristes de Daesh installés dans le désert du Sinaï utilisent des cartes SIM israéliennes. L'utilisation de ces cartes SIM par les éléments de Daesh entrave les opérations d'identification de l'armée égyptienne dans le désert du Sinaï. L'armée égyptienne aurait donc décidé de couper le réseau des opérateurs israéliens dans la région. L'Égypte se dit inquiète quant à l'utilisation par les terroristes de ces portables qui pourraient être utilisés pour déclencher l'explosion de bombes dissimulées sur le bord des routes. « Couper les réseaux des opérateurs israéliens constitue une violation de notre espace aérien » a confié un membre du cabinet israélien à Globes. Le 21 février dernier, l'armée égyptienne a bombardé certaines installations des opérateurs israéliens dans le désert du Sinaï. Ce bombardement a perturbé les antennes de téléphones cellulaires israéliennes de plus de 300 000 abonnés. « L'armée égyptienne se dote de technologies de pointe visant à infiltrer les réseaux mobiles israéliens alors qu'Israël n'a entamé aucune démarche pour s'infiltrer dans les réseaux mobiles égyptiens » prétend le quotidien israélien.
(Press TV, le 14-03-2018)

jeudi 8 mars 2018

Les opérations de guerre électronique menées par l’Égypte dans le Sinaï, perturbent la téléphonie mobile israélienne...

« Les pannes de téléphones portables dans le sud d'Israël sont provoquées par la cyberguerre dans la péninsule égyptienne du Sinaï » a affirmé un responsable militaire israélien. « Ces perturbations sont provoquées par la guerre électronique que l'armée égyptienne mène contre les forces de l'État islamique » a rapporté un porte-parole militaire. « L'armée israélienne est informée de ces perturbations et a engagé un dialogue avec des responsables militaires égyptiens pour résoudre cette question » selon le porte-parole. Mercredi également, le ministre israélien des Communications, Ayoob Kara, a déclaré à la radio de l'armée israélienne que les responsables militaires et de Défense israéliens avaient rencontré leurs homologues en Égypte pour une réunion très importante ce mardi. « Les deux parties sont parvenues à un accord, et la réception des téléphones portables devrait être restaurée dans les prochains jours » a-t-il ajouté. Le mois dernier, l'armée égyptienne aurait, selon des informations, mené une campagne à grande échelle contre les combattants de l’État islamique dans le nord du Sinaï, au moyen d'aéronefs de reconnaissance spécialisés. Cette campagne a provoqué pendant plus d'une semaine des pannes de téléphones portables dans l'État hébreu, pays voisin.
(Radio Chine internationale, le 08-03-2018)